retour à Roc'h-Gad

 
Voici ci-après les écoles de hameaux que nous avons recensées dans le Finistère. Elles ont été bâties pour la plupart entre les années 1870 et 1930, mais peuvent être plus anciennes...
Ces écoles sont mises en ligne par ordre alphabétique par commune.
Les informations concernant chacune seront mises en ligne peu à peu, au fur et à mesure de notre consultation de la série O.
Comme pour les 67 écoles étudiées initialement (voir ici), nous nous rendrons sur place pour voir ce que sont devenus les bâtiments.
 
Peut-être avez-vous vous-même des informations ?
Nous serions heureux que vous nous en fassiez part à l’adresse suivante : rochgad@orange.fr



Bannalec
Église Blanche
Saint-Cado
Saint-Jacques
Bénodet
Perguet
Menez Groas
Beuzec-Conq
La Boixière
Le Lin
Brasparts
Saint-Rivoal
Briec
Landrévarzec
Landudal
Moulin du Duc
Sainte-Cécile
Carantec
Île Callot
Cléder
Creac’h Oalec
Clohars-Carnoët
Doëlan
Saint-Maudet
Combrit
Sainte-Marine
Crozon
Le Fret Saint-Fiacre
Kerloc’h
Lanvéoc
Morgat
Saint-Hernot
Saint-Laurent
Ergué-Armel
La Gare
Menez Bily
Ergué-Gabéric
Lestonan
Fouesnant
Les Glénan
Mousterlin
Quinquis
Guiclan
Penzé
Guipavas
Coataudon
Kerafloc’h
Le Relecq
Guissény
Keribert
Hanvec
Pen ar Hoat
Kerfeunteun
Kernilis
Kerlouan
Saint-Égarec
Kernével
Le Moustoir
Lambézellec
Penfeld
Landévennec
Kerdilès
Lanriec
Le Passage
Loctudy
Saint-Guildo
Logonna-Daoulas
Sainte-Marguerite
Lopérec
Kervès
Loqueffret
Brennilis / Bourg
Meilars
Confort
Melgven
Cadol
Moëlan
Brigneau
Saint-Pierre
Saint-Thamec
Pencran
Kermen
Penhars
Moulin Vert
Penmarc’h
Kerity
Saint-Guénolé
Pleyben
Killiégou
Pont Coblant
Pont Keryau
Ploaré
Le Juch
Plobannalec-Lesconil
Lesconil
Plogastel-Saint-Germain
Saint-Germain
Plogoff
Lescoff
Plonéis
Gourlizon / Bourg
Plonéour-Lanvern
Creac’hru
Plonévez-Porzay
Kerlaz
Plouarzel
Trézien
Ploudalmézeau
Portsall
Ploudaniel
Auberge Neuve
Plouégat-Guérand
Pont Menou
Plouénan
Penzé
Plougasnou
Kerdénès
Kérénot
Mesgouez
Plougastel-Daoulas
Cléguer
Pont Callec
Saint-Adrien
Sainte-Christine
Plougonvelin
Saint-Mathieu
Plougonven
Kermeur
Saint-Eutrope
Plouguerneau
Le Grouanec
Lilia
Plouhinec
Poulgoazec / Menglenot
Pors Poulhan
Plouider
Pont du Châtel
Plouigneau
Les Forges
Lanleya
Saint-Éloi
Ploujean
Troudousten
Ploumoguer
Lamber
Plounéour-Menez
Le Relecq
Plounéour-Trez
Brignogan / Bourg
Plounéventer
Saint-Derrien / Bourg
Plourin-lès-Morlaix
Quélern
Le Fumé
Plourin-Ploudalmézeau
Keruzaouen
Plouvien
Le Tariec
Plouzané
La Trinité
Plozévet
Lesneut
Porspoder
Créac’h Guen
Melon
Pouldergat
Pouldavid
Pouldreuzic
Penhors
Poullan
Tréboul
Poullaouen
Le Guilly
Quéménéven
Kergoat
Querrien
Belle-Fontaine
La Clarté
Le Relecq-Kerhuon
Sainte-Barbe
Riec
Lothan
Loyan
Saint-Gilles
Roscoff
Santec
Île de Sieck
Saint-Évarzec
Menez-Bras / Le Dréau
Saint-Hernin
Hellan / Bellevue
Saint-Jean-Trolimon
Kerbascol
Saint-Pierre-Quilbignon
Les Quatre Moulins
Saint-Ségal
Pont-de-Buis / Bourg
Saint-Thégonnec
Sainte-Brigitte
Scaër
Plascaër
Saint-Adrien
Saint-Paul
Scrignac
Quénéquen
Sizun
Saint-Cadou
Spézet
Kerlaviou
Taulé
Penzé
Treffiagat
Léchiagat
Trégunc
Saint-Philibert

École de LanvéocCommune de Crozon

 

Préambule

 

La Presqu’île de Crozon comporte aujourd’hui 7 communes :
Argol, Camaret-sur-Mer, Crozon, Landévennec, Lanvéoc, Roscanvel et Telgruc-sur-Mer.
 

C’est en 1872 que Lanvéoc est devenue commune [1] : jusqu’en 1871 elle constitue un hameau de la commune de Crozon, dans lequel on trouve déjà une maison d’école !

Quant à Camaret-sur-Mer, sa superficie a doublé en 1908 lorsque par référendum la trève de Saint-Julien dont relève le hameau de Kerloc’h lui a été adjoint, la détachant ainsi de la commune de Crozon [2].
 

La présentation qui suit des écoles de hameau de la commune de Crozon est basée sur la situation administrative en 1871.
À cette date Crozon comporte donc 6 hameaux principaux : Lanvéoc, Le Fret-Saint-Fiacre, Morgat, Tal ar Groas, Saint-Hernot et Saint-Julien (Kerloc’h).
L’ensemble de la commune couvre ainsi plus de 100 km2 pour 8 929 habitants. Rappelons qu’une commune finistérienne moyenne à cette époque était d’environ 24 km2 et de 2 300 habitants.

Crozon et ses 6 principaux hameaux en 1871, © Bernard Kerneis.

 

Crozon aujourd’hui : 80,37 km2 pour 7 386 habitants (données INSEE 2019).

Ces données expliquent aisément pourquoi il a fallu construire 6 écoles de hameaux, les enfants étant éloignés de plus de 3 km de l’école communale située dans le bourg de Crozon :

2 au nord : Lanvéoc et Le Fret/Saint-Fiacre
2 au sud : Morgat et Saint-Hernot
1 à l’ouest : Kerloc’h
1 à l’est : Tal ar Groas/Saint-Laurent

Si les écoles de Saint-Fiacre et Saint-Laurent ont bénéficié du plan de construction Grévy de 1882, il n’en est pas de même pour les 4 autres.
 

L’école du hameau de Lanvéoc

 
La mise en place de l’enseignement dans le hameau de Lanvéoc (avant 1873)

Le 11 septembre 1864, l’Inspecteur d’Académie du Finistère écrit au Préfet :

L’entretien par la commune de Crozon d’une école spéciale à la partie de Lanvéoc paraît avoir été décidée à la dernière session du Conseil général. Ce sera un grand bienfait pour la population de la commune précitée car la section de Lanvéoc est tellement éloignée de Crozon qu’on ne peut songer à envoyer les enfants dans cette dernière localité, surtout pendant la saison d’hiver ; aussi tous les pères de famille attendent-ils avec impatience le moment où ils pourront les faire instruire près d’eux.

 
Cette attente est clairement rapportée par l’inspecteur primaire en charge du secteur :

Les habitants de Lanvéoc ont un tel désir de voir ouvrir immédiatement l’école qui leur a été promise, qu’ils seraient disposés à en faire tous les frais jusqu’au mois de janvier prochain, s’ils étaient certains qu’à cette époque la commune de Crozon dût les prendre à sa charge.

 

Archives départementales du Finistère, 2 O 652, courrier de l’inspecteur d’académie au préfet, 11 septembre 1864.

Il n’est pas envisagé de construire une maison d’école. Le local scolaire pressenti est la maison de Paul Laouënan qui la louerait pour 200 francs par an. Cela coûterait ainsi 400 francs la première année à la commune de Crozon, en raison des frais de mobilier.
Il convient de noter qu’à cette date, il n’est question que d’une école de garçons.
 

Voici la description du local par l’inspecteur primaire :

Il existe à Lanvéoc un local qui renferme :
  Une classe pouvant facilement recevoir de 35 à 40 élèves ;
  Deux chambres à feu et un cabinet ;
  Un grenier ;
  Une crèche ;
  Un jardin ;
Un petit terrain vague près de la maison servirait aux récréations.

 

Obligation est faite au propriétaire de poser un plancher dans la salle de classe. Sans doute celle-ci était-elle en terre battue.
Nous n’avons pas trouvé la date exacte de signature du bail ni à quelle date l’enseignement y a débuté. Le contrat de location semble cependant démarrer au 1er janvier 1865.

 

Aucune maison d’école n’est bâtie ou acquise par la commune de Crozon pour la section de Lanvéoc. Il faut attendre que Lanvéoc devienne commune en 1872 pour y voir des maisons d’écoles communales.
Il faut d’ailleurs noter que lors de la session du 8 avril 1872 du Conseil Général, le Préfet a émis comme condition à cette séparation « que Lanvéoc s’engage d’abord à fonder une école de filles ».
 

La situation de Lanvéoc au moment où elle devient commune
Cette partie de notre exposé dépasse le cadre des écoles de hameaux que nous nous sommes fixé.
Nous allons cependant un peu au-delà car il nous a paru intéressant de voir ce qu’il est ensuite advenu des écoles de Lanvéoc !

 
Le Conseil municipal de Lanvéoc délibère le 3 août 1873 sur l’école des garçons. La maison louée est en effet insalubre :

Monsieur le Maire expose au Conseil que la commune de Lanvéoc s’est trouvée jusqu’à ce jour sans maison d’école par suite de l’antipathie qui a toujours régné entre la commune de Crozon et l’ancienne section de Lanvéoc ;
Que la commune de Crozon avait loué pour la tenue de l’école et pour le logement de l’instituteur une maison dont l’insalubrité est manifeste, ce à quoi il est urgent de remédier.
Le bail de cette maison finissant le 1er janvier prochain [1874], Monsieur le Maire fait connaître au Conseil qu’il s’est occupé de chercher un autre local plus convenable pour l’école et mairie, et que la maison d’un propriétaire du bourg, M. Cellier, actuellement en vente, présente les conditions nécessaires à cet effet.

 

C’est le 11 avril 1875 que la municipalité de Lanvéoc fait l’acquisition de la maison de M. Rémy Adolphe Cellier, entrepreneur de bâtiments civils rue Jean Bart à Douarnenez, et de sa femme Mme Marie Amélie Lamy. Celle-ci est probablement louée par la Mairie depuis le 1er janvier 1874.

Au bourg communal de Lanvéoc :
Une maison avec jardin et ses dépendances actuellement occupés par la commune de Lanvéoc, inscrits au plan cadastral sous les numéros 1343, 1348 et 1349, donnant ensemble :
  Au levant sur l’ancienne route départementale ;
  Au nord, aux héritiers d’Yves Lelias ;
  Au midi, aux héritiers de Paul Laouénan ;
  Et au couchant à Jean Marie Carn.

 

Cette maison semble donc voisiner la maison louée précédemment comme école à Paul Laouënan.

Archives départementales du Finistère, 2 O 1791, plan de l’école.
Archives départementales du Finistère, 2 O 1791, plan d’ensemble du bourg de Lanvéoc.

 

Quid de l’engagement fait pour la maison d’écoles des filles ?

Si un enseignement pour les filles a eu lieu avant 1873, nous n’en avons pas trouvé trace dans les documents de la série 2 O des Archives départementales.
La commune de Lanvéoc, dans un premier temps (à quelle date ?), loue une maison avec dépendances pour y installer l’école des filles.
C’est le 21 février 1895 que la municipalité commence les démarches pour en faire l’acquisition auprès du propriétaire, M. Eugène Odéyé, recteur de la paroisse de Motreff ! Il faut que les finances suivent : l’autorisation de recette supplémentaire par la surtaxe de 11 francs par hectolitre d’alcool pur est autorisée jusqu’au 31 décembre 1898 pour l’amortissement de l’emprunt réalisé par la commune pour cet achat [3].
 

L’acte d’achat, signé le 29 octobre 1902, nous en donne la description :

– Une maison à un étage servant actuellement d’école de filles portée au plan cadastral sous le numéro 311p de la section 17 ;
  Une cour donnant sur la façade sud de ladite maison, contenant environ sept ares vingt-six centiares formées des numéros 308, 309, 310, 311p, 312 et 313 du plan cadastral section 17 ;
  Un jardin situé à l’est de la maison et de la cour, contenant environ six ares soixante-dix centiares formé des numéros 306 et 307 du plan même section ;
  Un préau et des privés situés dans la cour.

 

Archives Nationales, F/17/*/2849, École des filles de Lanvéoc, dessin réalisé par l’institutrice en 1884.
Archives départementales du Finistère, 2 O 1791, plan de l’école des filles.

Enquête de 1884
En juin 1884, le ministère de l’Instruction publique diligente auprès des instituteurs une enquête [4] sur la situation matérielle des écoles primaires. On y trouve de nombreux renseignements tels que le nombre d’instituteurs et d’élèves, le système de chauffage, les lieux d’aisances, les cours et préaux... De plus, l’instituteur est prié de fournir un plan des locaux.
 

École des garçons
Les principaux critères tels que l’éclairage, l’aération et le chauffage... sont respectés. Mais la cour n’est pas clôturée, il n’y a aucun point d’eau et le préau est trop petit.
Les deux classes peuvent accueillir 72 élèves. En juin 1884, 89 élèves sont inscrits (81 présents) dont 1 de moins de 5 ans, 4 âgés de 5 à 6 ans révolus, 80 âgés de 6 à 13 ans révolus et 4 âgés de plus de 13 ans.
Il y a aussi un cours pour adultes. Ils sont 21 en janvier 1884.
 
École des filles
Les principaux critères tels que la cour, l’éclairage, l’aération et le chauffage... sont respectés. Mais il n’y a ni préau ni point d’eau.
La classe peut accueillir 38 élèves. En juin 1884, 68 élèves sont inscrites (61 présentes) dont 3 de moins de 5 ans, 7 âgées de 5 à 6 ans révolus, 55 âgées de 6 à 13 ans révolus et 3 âgées de plus de 13 ans.
 

Aujourd’hui
L’école communale est actuellement située au 20 rue des Écoles, emplacement proche de celui des écoles initiales du 19e siècle ! Ce bâtiment a, à lui seul, une histoire très intéressante, que vous pouvez découvrir ici.
À la rentrée 2022/2023, l’école Yves Offret accueille 125 élèves [5]
 

École primaire de Lanvéoc, cliché 2022 © Bernard Kerneis.

[2Gallica.bnf.fr / BnF, Journal Officiel du 17 juin 1908.

[3Gallica.bnf.fr / BnF, Journal Officiel du 14 novembre 1896.

[4Archives nationales, F/17/*/2849. Ministère de l’Instruction publique. Enquête sur la situation des écoles primaires en 1884 : statistiques fournies par les instituteurs et institutrices.


Article mis en ligne le 2 septembre 2019, dernière modification le 19 octobre 2022.