retour à Roc'h-Gad

 
Voici ci-après les écoles de hameaux que nous avons recensées dans le Finistère. Elles ont été bâties pour la plupart entre les années 1870 et 1930, mais peuvent être plus anciennes...
Ces écoles sont mises en ligne par ordre alphabétique par commune.
Les informations concernant chacune seront mises en ligne peu à peu, au fur et à mesure de notre consultation de la série O.
Comme pour les 67 écoles étudiées initialement (voir ici), nous nous rendrons sur place pour voir ce que sont devenus les bâtiments.
 
Peut-être avez-vous vous-même des informations ?
Nous serions heureux que vous nous en fassiez part à l’adresse suivante : rochgad@orange.fr



Bannalec
Église Blanche
Saint-Cado
Saint-Jacques
Bénodet
Perguet
Menez Groas
Beuzec-Conq
La Boixière
Le Lin
Brasparts
Saint-Rivoal
Briec
Landrévarzec
Landudal
Moulin du Duc
Sainte-Cécile
Carantec
Île Callot
Cléder
Creac’h Oalec
Clohars-Carnoët
Doëlan
Saint-Maudet
Combrit
Sainte-Marine
Crozon
Le Fret Saint-Fiacre
Kerloc’h
Lanvéoc
Morgat
Saint-Hernot
Saint-Laurent
Ergué-Armel
La Gare
Menez Bily
Ergué-Gabéric
Lestonan
Fouesnant
Les Glénan
Mousterlin
Quinquis
Guiclan
Penzé
Guipavas
Coataudon
Kerafloc’h
Le Relecq
Guissény
Keribert
Hanvec
Pen ar Hoat
Kerfeunteun
Kernilis
Kerlouan
Saint-Égarec
Kernével
Le Moustoir
Lambézellec
Penfeld
Landévennec
Kerdilès
Lanriec
Le Passage
Loctudy
Saint-Guildo
Logonna-Daoulas
Sainte-Marguerite
Lopérec
Kervès
Loqueffret
Brennilis / Bourg
Meilars
Confort
Melgven
Cadol
Moëlan
Brigneau
Saint-Pierre
Saint-Thamec
Pencran
Kermen
Penhars
Moulin Vert
Penmarc’h
Kerity
Saint-Guénolé
Pleyben
Killiégou
Pont Coblant
Pont Keryau
Ploaré
Le Juch
Plobannalec-Lesconil
Lesconil
Plogastel-Saint-Germain
Saint-Germain
Plogoff
Lescoff
Plonéis
Gourlizon / Bourg
Plonéour-Lanvern
Creac’hru
Plonévez-Porzay
Kerlaz
Plouarzel
Trézien
Ploudalmézeau
Portsall
Ploudaniel
Auberge Neuve
Plouégat-Guérand
Pont Menou
Plouénan
Penzé
Plougasnou
Kerdénès
Kérénot
Mesgouez
Plougastel-Daoulas
Cléguer
Pont Callec
Saint-Adrien
Sainte-Christine
Plougonvelin
Saint-Mathieu
Plougonven
Kermeur
Saint-Eutrope
Plouguerneau
Le Grouanec
Lilia
Plouhinec
Poulgoazec / Menglenot
Pors Poulhan
Plouider
Pont du Châtel
Plouigneau
Les Forges
Lanleya
Saint-Éloi
Ploujean
Troudousten
Ploumoguer
Lamber
Plounéour-Menez
Le Relecq
Plounéour-Trez
Brignogan / Bourg
Plounéventer
Saint-Derrien / Bourg
Plourin-lès-Morlaix
Quélern
Le Fumé
Plourin-Ploudalmézeau
Keruzaouen
Plouvien
Le Tariec
Plouzané
La Trinité
Plozévet
Lesneut
Porspoder
Créac’h Guen
Melon
Pouldergat
Pouldavid
Pouldreuzic
Penhors
Poullan
Tréboul
Poullaouen
Le Guilly
Quéménéven
Kergoat
Querrien
Belle-Fontaine
La Clarté
Le Relecq-Kerhuon
Sainte-Barbe
Riec
Lothan
Loyan
Saint-Gilles
Roscoff
Santec
Île de Sieck
Saint-Évarzec
Menez-Bras / Le Dréau
Saint-Hernin
Hellan / Bellevue
Saint-Jean-Trolimon
Kerbascol
Saint-Pierre-Quilbignon
Les Quatre Moulins
Saint-Ségal
Pont-de-Buis / Bourg
Saint-Thégonnec
Sainte-Brigitte
Scaër
Plascaër
Saint-Adrien
Saint-Paul
Scrignac
Quénéquen
Sizun
Saint-Cadou
Spézet
Kerlaviou
Taulé
Penzé
Treffiagat
Léchiagat
Trégunc
Saint-Philibert

École du Fret Saint-FiacreCommune de Crozon

 

Préambule

 

La Presqu’île de Crozon comporte aujourd’hui 7 communes :
Argol, Camaret-sur-Mer, Crozon, Landévennec, Lanvéoc, Roscanvel et Telgruc-sur-Mer.
 

C’est en 1872 que Lanvéoc est devenue commune [1] : jusqu’en 1871 elle constitue un hameau de la commune de Crozon, dans lequel on trouve déjà une maison d’école !

Quant à Camaret-sur-Mer, sa superficie a doublé en 1908 lorsque par référendum la trève de Saint-Julien dont relève le hameau de Kerloc’h lui a été adjoint, la détachant ainsi de la commune de Crozon [2].
 

La présentation qui suit des écoles de hameau de la commune de Crozon est basée sur la situation administrative en 1871.
À cette date Crozon comporte donc 6 hameaux principaux : Lanvéoc, Le Fret-Saint-Fiacre, Morgat, Tal ar Groas, Saint-Hernot et Saint-Julien (Kerloc’h).
L’ensemble de la commune couvre ainsi plus de 100 km2 pour 8 929 habitants. Rappelons qu’une commune finistérienne moyenne à cette époque était d’environ 24 km2 et de 2 300 habitants.

Crozon et ses 6 principaux hameaux en 1871, © Bernard Kerneis.

 

Crozon aujourd’hui : 80,37 km2 pour 7 386 habitants (données INSEE 2019).

Ces données expliquent aisément pourquoi il a fallu construire 6 écoles de hameaux, les enfants étant éloignés de plus de 3 km de l’école communale située dans le bourg de Crozon :

2 au nord : Lanvéoc et Le Fret/Saint-Fiacre
2 au sud : Morgat et Saint-Hernot
1 à l’ouest : Kerloc’h
1 à l’est : Tal ar Groas/Saint-Laurent

Si les écoles de Saint-Fiacre et Saint-Laurent ont bénéficié du plan de construction Grévy de 1882, il n’en est pas de même pour les 4 autres.
 

L’école du hameau du Fret/Saint-Fiacre

 

Les informations qui suivent sont basées sur la série 1 T des Archives départementales du Finistère. Elles seront prochainement enrichies par les données de la série 2 O...
 

Une école existe déjà au Fret depuis quelques années. En juin 1884, le ministère de l’Instruction publique diligente auprès des instituteurs une enquête [3] sur la situation matérielle des écoles primaires. On y trouve de nombreux renseignements tels que le nombre d’instituteurs et d’élèves, le système de chauffage, les lieux d’aisances, les cours et préaux...
De plus, l’instituteur est prié de fournir un plan des locaux.

Archives Nationales, F/17/*/2849, École de garçons du Fret, dessin réalisé par l’instituteur en 1884.

Au rez-de-chaussée du bâtiment se trouve la classe des garçons. Celle-ci permet d’accueillir 114 élèves. Ils sont 91 inscrits (1 entre 5 et 6 ans, 77 entre 6 et 13 ans, 13 de plus de 13 ans). La classe des filles, prévue pour accueillir 36 élèves, est à l’étage. 81 filles sont inscrites (5 entre 4 et 5 ans, 11 entre 5 et 6 ans, 63 entre 6 et 13 ans, 2 de plus de 13 ans).
 
Les garçons ont une cour et des toilettes mais pas les filles. Mais elles ont une cheminée. L’école n’a aucun point d’eau.
 
Voici le commentaire de l’institutrice, Aline Le Jeune née Derrien :

Les filles n’ont pas de cour, celle qui existe n’est qu’un passage pour les garçons.

 
Des cours pour adultes sont dispensés. On dénombre 14 participants dans la classe des garçons et 18 dans celle des filles en janvier 1884.


La construction de la nouvelle école

Décision du11/01/1883
Montant du projet43 250,00 F
Financement
par la commune (Caisse des écoles)0,00 F
par la commune (autres ressources)421,30 F
par le département250,00 F
subventions de l’État43 000,00 F
Coût réel43 671,30 F
Les montants sont à répartir entre les 2 écoles de hameaux (Le Fret Saint-Fiacre et Saint-Laurent).


Les élèves

en 1886en mai 1888
Nombre de classes44
Nombre de places ?240
Nombre d’élèves317290
Le nombre de classes et de places sont à répartir entre les 2 écoles de hameaux (Le Fret Saint-Fiacre et Saint-Laurent).


Les premiers instituteurs
Un enseignement existe au Fret Saint-Fiacre depuis 1876 selon un document de la série 1 T 44 des Archives départementales du Finistère. Nous avons pu reconstituer la présence des instituteurs, d’une part par les dénombrements de population de 1876 et 1881, d’autre part par les avis de nomination. Cependant n’ayant relevé ces avis qu’à partir de 1883, c’est par déduction que nous indiquons des prises de fonction en 1882.


Voici les instituteurs relevés :
– Yves Tanguy, né à Cléder le 23 janvier 1836, est présent en 1876, mais plus en 1881.
– Maurice Huet, né à Scrignac le 21 avril 1852, le remplace sans doute. Il apparaît dans les recensements de 1881.
– Guillaume Marie Corre, né le 14 mai 1859 à Lampaul-Guimiliau, est probablement nommé en remplacement de M. Huet en 1882. Les avis de nomination de 1883 indiquent que le 20 avril 1883 M. Corre est nommé à Plounéventer. Il est remplacé par François Prémel.

– François Prémel, né le 17 octobre 1850 à Plounéour-Trez, précédemment instituteur à l’école de hameau de Saint-Laurent à Crozon, est nommé au Fret le 23 avril 1883. Il y reste jusqu’au 25 août 1885, date à laquelle il est nommé à l’école de hameau de Sainte-Christine à Plougastel-Daoulas.

Archives départementales du Finistère, 1 T 579, états des services de François Prémel.

Peut-être est-ce également en 1882 qu’arrive une institutrice, Aline Le Jeune (voir ci-dessous).


La construction de la nouvelle école a été validée par le Ministère le 11 janvier 1883. Il est probable qu’elle a ouvert le 25 août 1885, comme beaucoup d’autres... Cette école comprend deux classes, assurées par François Le Pichon et Aline Le Jeune.

• François Louis Le Pichon, né le 8 avril 1863 à Gourin, est nommé au Fret le 25 août 1885, à l’âge de 22 ans. Il était précédemment à Pleyben.

• Aline Jeanne Désirée Derrien épouse Le Jeune est née le 27 octobre 1832 à Brest. Elle est nommée à l’école du Fret probablement en 1882, à 50 ans. Les avis de nomination de 1888 indiquent qu’elle est mutée fin août à l’école de hameau de Kerdilès à Landévennec.


Aujourd’hui
L’école actuelle se trouve dans les bâtiments d’origine, agrandis et rénovés. À la rentrée 2018/2019, elle accueille 61 élèves [4].

École du Fret Saint-Fiacre, commune de Crozon. Cliché 2019 © Bernard Kerneis.

Marine Pommereau, dans son blog de généalogie, a ’enquêté’ sur François Prémel, et nous a autorisé à publier sa fiche d’affectation.
 


[2Gallica.bnf.fr / BnF, Journal Officiel du 17 juin 1908.

[3Archives nationales, F/17/*/2847. Ministère de l’Instruction publique. Enquête sur la situation des écoles primaires en 1884 : statistiques fournies par les instituteurs et institutrices.


Article mis en ligne le 2 septembre 2019, dernière modification le 20 octobre 2022.