De Taupont à Hanvec, de Californie à Menez Meur. La vie de Julien Prioux

1825. Ar Menez

La parcelle D 1147 d’une contenance de 149 hectares 43 ares et 20 centiares appartient à la famille de Quélen habitant à Kerliver (Hanvec).
Voir rubrique « Menez Meur – les propriétaires »
 

PropriétaireNuméroLieu-ditNatureContenance
de Quelen, madame veuve D 1147 ar Menez lande 149 ha 43 a 20 ca
Archives départementales du Finistère, 3 P 81/2, 1825, Cadastre napoléonien, états de sections.

 
Sur les états de sections du cadastre napoléonien de 1825, elle est appelée « ar Menez ».

C’est une terre de lande qui ne comporte aucune construction.

Nous n’avons trouvé aucune trace écrite d’exploitation de ce domaine avant 1850, mais :
— les landes, composées d’ajoncs, de bruyères, de genêts, de graminées et de nombreuses autres plantes, servaient en général de pâturage et fournissaient fourrage, litière et petits bois de chauffage. Il est donc très probable que la lande de Menez Meur était exploitée, au moins de façon intermittente.
— on constate qu’en 1882, Julien Prioux vend 15 hectares de pins maritimes : les pins maritimes mettant 40 à 50 ans pour arriver à maturité, auraient-ils été plantés par la famille de Quélen ?

Plan établi à partir du cadastre napoléonien de 1825,
Archives départementales du Finistère, 3 P 81/1/15.
→→ 1842. Menez Meur ou Douar Kerliver →→


Article mis en ligne le 10 juin 2021, dernière mise à jour le 26 février 2022.