De Taupont à Hanvec, de Californie à Menez Meur. La vie de Julien Prioux

1901. État des lieux de Menez Meur

Une expertise réalisée après le décès de Julien Prioux nous donne une description précise du domaine.
 
Le rapport, daté du printemps 1901, nous indique que l’ensemble est constitué de :
— deux corps de ferme avec maison, bâtiments agricoles et jardins ;
— environ 18 hectares cultivables ;
— environ 2 hectares de bois ;
— environ 125 hectares de landes et de terres inexploitables (rochers, terrains marécageux...).

Archives départementales du Finistère, 4 Q 5/1063, 4 juin 1902.

Les maisons, collection personnelle.

 
 

Granges de Menez Meur, collection personnelle.

 
 

Vue sur le Menez Hom depuis Menez Meur, collection personnelle.

Cette propriété se compose :
• premièrement, de la petite ferme de Croas ar Guennec comprenant d’après la désignation qui en est faite dans un rapport d’experts en date au commencement du 4 mars 1901, clos le 19 avril suivant, enregistré, déposé au greffe du tribunal civil de Brest le 30 avril 1901 :
1° une maison construite en maçonnerie, couverte en ardoises, ayant rez-de-chaussée et grenier ;
2° au pignon levant de cette maison une crèche construite en maçonnerie, couverte en ardoises ;
3° au midi de ces édifices dont elle est séparée par une cour, une grange construite en maçonnerie ayant grenier sous couverture d’ardoises ;
4° et la partie plaine au nord de la montagne contenant, ladite partie, environ 4 hectares de terres défrichées ou sous pré ;
5° et environ 32 hectares sous lande ou rochers ;

• deuxièmement, de la ferme de Menez Meur située au sommet de la montagne de ce nom et comprenant d’après la désignation qui en est faite dans le même rapport d’experts :
1° sous lande environ 60 hectares ;
2° à l’est du village sur le bord du chemin vicinal de Sizun à Lopérec, une parcelle de terre sous culture dite Parc Menez Glugeau contenant environ 75 ares ;
3° au nord de cette parcelle, autre parcelle défrichée dite Parc Bras Menez Glugeau contenant environ 1 hectare 50 ares ;
4° à l’ouest du précédent article, une parcelle défrichée dite Parc Bian contenant environ 50 ares ;
5° au midi du précédent article, une parcelle défrichée dite Parquic ar Foën contenant environ 50 ares ;
6° à l’ouest de la précédente, une parcelle défrichée dite Parc al Leur contenant environ 75 ares ;
7° au nord de la précédente, une parcelle défrichée dite Parc ar Léon contenant environ 36 ares ;
8° à l’ouest de la futaie et des édifices, une parcelle défrichée dite Parc ar Hoat contenant environ 1 hectare 50 ares ;
9° à l’ouest du Parc ar Hoat, une parcelle dite Parc Bras contenant environ 2 hectares ;
10° au nord du précédent article dont elle est séparée par un chemin, une parcelle défrichée dite Parc Moan contenant environ 60 ares ;
11° au levant du précédent article, une parcelle défrichée dite Parc Izella Kerek [ou Herih ?] contenant environ 1 hectare ;
12° au nord du précédent article, une parcelle défrichée dite Parc Creis contenant environ 1 hectare ;
13° à l’ouest de Parc Creis, autre parcelle dite Parc Guinis Du contenant environ 75 ares ;
14° à l’ouest de Parc Guinis Du, une parcelle défrichée sous pré dite Ar Prat contenant environ 36 ares ;
15° au nord des deux précédents articles, une parcelle dite Parc ar Kerek [ou Herih ?] contenant environ 1 hectare 25 ares ;
16° au levant de Parc Creis et de Parc ar Herih, une parcelle défrichée dite Ar Prat sous labour et pré contenant environ 80 ares ;
17° au levant du précédent article dont elle est séparée par un chemin et un abreuvoir, une petite parcelle défrichée dite Parc ar Poul contenant environ 25 ares ;
18° à l’ouest de l’article ci-dessus dont elle est séparée par le petit chemin de servitude, une parcelle défrichée dite Parc an Azil contenant environ 50 ares ;
19° au couchant de la cour de Menez Meur, une maison d’habitation construite en maçonnerie ayant rez-de-chaussée, étage et grenier sous couverture d’ardoises ;
20° au sud de cette maison, une étable construite en maçonnerie ayant rez-de-chaussée, étage et grenier sous couverture d’ardoises ;
21° au nord de cette cour, une grange construite en maçonnerie avec rez-de-chaussée, poutres en attente de grenier sous couverture d’ardoises ;
22° au couchant de cette grange, une étable ayant rez-de-chaussée, premier étage et grenier sous couverture d’ardoises, abritant aussi un four qui a son orifice dans la précédente grange ;
23° au pignon couchant du précédent édifice, une écurie construite en maçonnerie, couverte en ardoises, ayant poutres en attente de grenier ;
24° au pignon couchant de cette écurie, autre écurie construite en maçonnerie, couverte en ardoises ;
25° au levant de la maison principale, un puits en maçonnerie avec treuil, chaîne et seau sous couverture d’ardoises et avec auge en pierre de taille ;
26° au sud-est de la cour une grande grange construite en maçonnerie ayant rez-de-chaussée et grenier sous couverture d’ardoises ;
27° au nord de cette grange, séparée d’icelle par le chemin, un édifice servant de cave construit en maçonnerie ayant rez-de-chaussée et grenier sous couverture d’ardoises ;
28° au pignon levant de cette cave, une crèche à porcs construite en maçonnerie, couverte en ardoises ;
Les articles 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27 et 28 ci-dessus, l’aire et les courtils occupent une superficie d’environ 21 ares 50 centiares et sont abrités par un bois de haute futaie d’une superficie d’environ 2 hectares 21 ares 50 centiares.

Et enfin de la partie de la montagne de Menez Meur non comprise dans les deux fermes ci-dessus désignées, ladite partie contenant d’après le même rapport d’experts 33 hectares 1 are 5 centiares.

→→ 1902 à 1968. Évolution du domaine →→


Article mis en ligne le 10 juin 2021, dernière mise à jour le 26 février 2022.