De Taupont à Hanvec, de Californie à Menez Meur. La vie de Julien Prioux

1825. Famille de Quélen (Kerliver - Hanvec)

• Qui sont les de Quélen ?

La famille de Quélen est présente à Hanvec depuis plusieurs siècles.
Messire Urbain Guillaume de Quélen est le fils aîné de Messire Jacques Louis de Quélen, Chevalier Seigneur de Kerohan, Chevalier de l’ordre Royal et militaire de Saint-Louis et de feue dame Éleonor Legris.
Lui-même Seigneur de Kerohan et Chevalier de l’ordre Royal et militaire de Saint-Louis épouse en 1771 demoiselle Rose Marie Joseph de Hérisson, fille de feu messire René Julien de Hérisson, Seigneur du Vautiou, et de dame Jacquette Olive de Kerangal dame de Bouilly de Vaunoise.
Les 12 enfants du couple naissent à Morlaix.
Pendant la Révolution, la famille s’exile à Jersey où Urbain Guillaume décède en 1793.
Après la Révolution, elle revient en France et s’installe au château de Kerliver à Hanvec.
Jacques Louis Joseph, l’aîné, comte de Quélen et maire de 1815 à 1830, habite Kerliver.
Vers le milieu du XXe siècle, la famille de Quélen procède à la vente de plusieurs fermes et terres. La parcelle D 1147, terre de landes appelée « Douar Kerliver ou Menez Meur » dans plusieurs actes, leur appartient et est mise en vente en 1842.
 

• Un peu de généalogie...

Urbain Guillaume de Quélen épouse Rose Marie Joseph Hérisson de Kerliver en 1771 à Lamballe (Évêché de Saint-Brieuc).
Les douze enfants du couple naissent à Morlaix.

Archives départementales des Côtes-d’Armor, 5 Mi 249, 2 mars 1771.

Le 2 mars 1771,
Je soussigné, Prêtre Chanoine de l’église collégiale de Saint-Guillaume, ai par permission de monsieur le Recteur solennellement marié par paroles de présent :
Messire Urbain Guillaume de Quélen âgé d’environ trente-sept ans, Chevalier Seigneur de Kerohan, exempts des gardes du Corps première Compagnie, mestre de Camp, Chevalier de l’ordre Royal et militaire de Saint-Louis, fils aîné principal et noble de Messire Jacques Louis de Quélen, Chevalier Seigneur de Kerohan, Chevalier de l’ordre Royal et militaire de Saint-Louis et de feue dame Éleonor Legris son épouse, de la ville de Landerneau, d’une part ;
et demoiselle Rose Marie Joseph de Hérisson, dame de Kerliver âgée d’environ seize ans, fille de feu messire René Julien de Hérisson, Seigneur du Vautiou, et de dame Jacquette Olive de Kerangal son épouse actuellement dame de Bouilly de Vaunoise, domiciliée de droit de la ville de Morlaix, diocèse du Léon, et de fait de la ville et paroisse de Lamballe, d’autre part.

NomPrénomNaissanceà MariageàDécèsà 
Urbain Guillaume de Quélen, Rose Marie Joseph Hérisson de Kerliver et leurs 12 enfants
de Quélen Urbain Guillaume 07/05/1729 Saint-Houardon Landerneau 02/03/1771 Lamballe (22) 01/01/1794 Saint-Pierre Jersey
Hérisson de Kerliver Rose Marie Joseph 31/05/1755 Saint-Martin Morlaix 02/03/1771 Lamballe (22) 23/01/1843 rue de la Rive Le Faou
Les enfants
de Quélen Jacquette Rose 26/11/1771 Saint-Martin Morlaix 27/03/1790 Morlaix  ?  ?  ?
de Quélen Jacques Louis Joseph 04/04/1773 Saint-Martin Morlaix 28/02/1804 Morlaix 09/07/1844 Kerliver Hanvec
de Quélen Marie Anne Françoise Jacquette 17/02/1775 Saint-Mélaine Morlaix  ?  ?  ?  ?  ?
de Quélen Marc Joseph Pierre François 02/04/1776 Saint-Mélaine Morlaix  ?  ?  ?  ?  ?
de Quélen Anne Olive Jacquette 17/12/1777 Saint-Mélaine Morlaix - - 25/06/1780 Saint-Mélaine Morlaix
de Quélen Hélène Jacquette 11/05/1780 Saint-Mélaine Morlaix religieuse - 02/01/1866 Carmélites Morlaix
de Quélen Urbain Jacques Marie Joseph 08/09/1781 Saint-Martin Morlaix - - 20/10/1781  ? Ploujean
de Quélen Aline Elisabeth Jacquette 28/09/1783 Saint-Martin Morlaix 24/06/1816 Hanvec 19/01/1867  ? Saint-Frégant
de Quélen Urbain Auguste Jacques 04/07/1785 Saint-Martin Morlaix  ?  ?  ?  ?  ?
de Quélen Éléonore Marie Jacquette 21/11/1786 Saint-Martin Morlaix religieuse - 20/05/1862  ? Quimper
de Quélen Agathe Antoinette Jacquette 07/11/1788 Saint-Martin Morlaix  ?  ? 09/08/1861 rue de la Rive Le Faou
de Quélen Prosper François Jacques Victoire 25/05/1791 Saint-Martin Morlaix  ?  ?  ?  ?  ?

 

• "Ar menez"

En 1825, les états de sections du cadastre napoléonien indiquent que la parcelle D 1147 appartient à « de Quélen, madame veuve ».

Nom du propriétaireNuméroLieu-ditNatureContenanceClasseRevenu
de Quélen, madame veuve D 1147 ar Menez lande 149 ha 43 a 20 ca 4 74,71
Archives départementales du Finistère, 3 P 81/2, 1825, Cadastre napoléonien, états de sections.

En 1826, Mme Hérisson, veuve de Quélen, fait établir une succession anticipée au profit de ses héritiers.

Cette pièce de terre appartient aux vendeurs et à leurs copropriétaires susnommés pour l’avoir recueillie avec d’autres biens de la succession anticipée de Mme Rose Marie Josephe Hérisson leur mère et aïeule, veuve de M. Urbain Guillaume de Quélen aux termes d’une donation entre vifs, retenue en minute par Me Le Boitté notaire à Hanvec, le 14 janvier 1826, enregistré à Landerneau le 28 des mêmes mois et an.

Archives départementales du Finistère, 4 Q 5/220, 28 mars 1849.

En 1842, la matrice cadastrale indique que les héritiers de Mme Hérisson sont propriétaires de « ar Menez ».

Noms des propriétairesMutationSectionNuméroLieu-ditNatureContenance
De Quélen, Jacques et consorts à Kerliver 1844 D 1147 ar Menez lande 149 ha 43 a 20 ca
Archives départementales du Finistère, 3 P 81/4 folio 952, 1844, Cadastre napoléonien, extrait de la matrice cadastrale.

 

• Vente de la parcelle en 1842

La vente de la parcelle à MM. Demolon et Verger nous donne la liste des héritiers de Quélen.
 

Archives départementales du Finistère, 4 Q 5/182, 3 octobre 1842.

L’an 1842, le 28 août,
Par devant Me Félix Yves Charuel et son collègue, notaires royaux [...]
Furent présents :
1° M. Jacques Louis Joseph comte de Quélen demeurant au château de Kerliver, sur la commune de Hanvec ;
2° Mme Aline Élisabeth Jacquette de Quélen, veuve de M. Charles Édouard Duplessis-Quinquis demeurant au manoir de Kergo, sur la commune de Saint-Frégant ;
3° Mlle Éléonore Jacquette de Quélen, fille majeure.
4° M. Barthélemy Charles Hérisson, chef d’escadron en retraite et Mme Élisabeth Ambroisine Jacquette de Quélen son épouse qu’il autorise à l’effet des présentes, ces trois derniers demeurant au Faou et tous propriétaires.

Agissant tant en leur privé nom que comme garantissant solidairement entre eux le fait valable et se portant pour :

1° Mme Rose Jacquette de Quélen, veuve de M. Ambroise du Dresnay, demeurant à Saint-Pol-de Léon ;
2° Mlle Agathe Antoinette Jacquette de Quélen, fille majeure demeurant aussi au Faou et absente momentanément ;
3° Mlle Marie Anne de Quélen, fille majeure demeurant à Londres ;
4° Mlle Gabrielle de Quélen, leur nièce, fille mineure de feu M. Urbain Auguste Jacques de Quélen et de dame Agathe Gabrielle de Tinteniac, avec laquelle dame elle demeure en la ville de Quimper.


Ladite dame Hérisson agissant encore au nom et comme fondée de pouvoir de Mlle Hélène Jacquette de Quélen, sa sœur, fille majeure propriétaire sans profession, demeurant au manoir de La Ville Herry sur la commune de Plourin près Morlaix aux termes de sa procuration sous seings privés en date du 11 juillet 1842.

 

Quelques informations complémentaires

• Félix Yves CHARUEL, fils de Henry François Marie et de Jacquette Yvonne Nouvel, naît le 20 thermidor an 12 à Quimper. De 1833 à 1864, il exerce la profession de notaire au Faou.
• Rolland Joseph Marie LE BOITTÉ, ou Le Boetté, fils de Jean Louis et de Margueritte Corre, naît le 19 septembre 1765 à Plouescat. De 1815 à 1826, il exerce la profession de notaire à Hanvec.

→→ 1842. Demolon et Verger →→


Article mis en ligne le 10 juin 2021, dernière mise à jour le 28 février 2022.