retour à Roc'h-Gad
Les 67 écoles de hameaux


Voici ci-après les 67 écoles de hameaux construites entre 1882 et 1885.


La liste est établie sur les 5 arrondissements que comprend le Finistère au XIXe siècle : Brest, Châteaulin, Morlaix, Quimper et Quimperlé. Ce dernier est supprimé et rattaché à celui de Quimper en 1926.

Avis d’adjudication du 26 avril 1882. Archives départementales du Finistère, 1 T 109.

Les indications financières sur la construction de ces écoles et leurs effectifs sont issus du Relevé général des constructions scolaires 1878-1885 [1]. Ce document ne comporte pas d’informations sur l’arrondissement de Quimperlé qui avait été choisi comme zone test et avait ainsi bénéficié d’une prise en charge totale par l’État des coûts de construction de 18 écoles.
Rappelons qu’une subvention de l’État de 900 000 F a été allouée le 14 mars 1882 pour 50 écoles de hameaux sur les 4 arrondissements de Brest, Châteaulin, Morlaix et Quimper.
La subvention dédiée le 25 octobre 1881 à Quimperlé (272 680 F) a servi tant à la construction des écoles qu’à l’achat des emplacements et à la couverture des diverses charges. L’avis d’adjudication paru le 26 avril 1882 indique l’enveloppe financière réservée à chaque école.

De janvier à août 2019 nous avons sillonné le département afin de retrouver ces anciens bâtiments :
• une dizaine d’entre eux n’existe plus ou est en ruine ;
• près de la moitié a actuellement une autre destination : salles municipales, maisons particulières ou ateliers ;
• moins d’une vingtaine est toujours bâtiment scolaire. Pour deux ou trois d’entre elles nous ne sommes cependant pas certains qu’il s’agisse du bâtiment initial en raison de fenêtres agrandies et surbaissées. La consultation de la série O lors de sa réouverture au public nous renseignera peut-être sur ces points.
Nous avons rencontré plusieurs propriétaires actuels qui nous ont renseigné au mieux sur leur bâtisse et nous ont autorisés à en publier ici une photo. Nous les remercions tous pour leur accueil.
Nous découvrons encore des sites internets d’associations ou de particuliers qui apportent des informations sur ces écoles de hameaux.
Voici les liens vers celles-ci. Merci pour leurs informations !
Association pour la Sauvegarde et la Valorisation du Patrimoine Normalien du Finistère
Famille Goubin-Poulat
Fouesnant Les Ormeaux
Mémoires et photos de Moëlan


Les premiers instituteurs
Il nous a paru important de recenser les instituteurs et institutrices qui ont ouvert ces nouveaux établissements.
La série 1 T 142 à 146 est la principale source d’information, complétée par la consultation des dénombrements de population [2].
Les informations généalogiques sur chaque enseignant proviennent de la base RECIF du Centre Généalogique du Finistère. Pour quelques-uns, ces éléments sont issus des Archives départementales de leurs départements d’origine.

Douze hameaux très peuplés avaient un instituteur avant ce plan de construction : Perguet à Bénodet, Le Fret et Saint-Laurent à Crozon, Kerafloc’h à Guipavas, Portsall à Ploudalmézeau, Saint-Adrien à Plougastel-Daoulas, Lanleya à Plouigneau, Brignogan à Plounéour-Trez, Melon à Porspoder, Pont-de-Buis à Saint-Ségal, Saint-Cadou à Sizun et Penzé à Taulé.

[1Archives départementales du Finistère, 1 T 109.

[2Archives départementales du Finistère, série 6 M.


Arrondissement de Quimperlé
Bannalec Église Blanche
Bannalec Saint-Cado
Bannalec Saint-Jacques
Clohars-Carnoët Doëlan
Clohars-Carnoët Saint-Maudet
Kernével Le Moustoir
Melgven Cadol
Moëlan Brigneau
Moëlan Saint-Pierre
Moëlan Saint-Thamec
Querrien Belle-Fontaine
Querrien La Clarté
Riec Lothan
Riec Loyan
Riec Saint-Gilles
Scaër Plascaër
Scaër Saint-Adrien
Scaër Saint-Paul

 

Arrondissement de Brest
Guipavas Coataudon
Guipavas Kerafloc’h
Hanvec Pen ar Hoat
Kerlouan Saint-Égarec
Lambézellec Penfeld
Plouarzel Trézien
Ploudalmézeau Portsall
Plougastel-Daoulas Pont-Callec
Plougastel-Daoulas Saint-Adrien
Plougastel-Daoulas Sainte-Christine
Plougonvelin Saint-Mathieu
Ploumoguer Lamber
Plounéour-Trez Brignogan / Bourg
Plouvien Le Tariec
Porspoder Melon

 

Arrondissement de Châteaulin
Crozon Le Fret Saint-Fiacre
Crozon Saint-Laurent
Landévennec Kerdilès
Lopérec Kervès
Loqueffret Brennilis / Bourg
Pleyben Killiégou
Pleyben Pont-Coblant
Pleyben Pont-Keryau
Saint-Hernin Hellan / Bellevue
Saint-Ségal Pont-de-Buis / Bourg

 

Arrondissement de Morlaix
Plougasnou Kérénot
Plougasnou Mesgouez
Plougonven Kermeur
Plougonven Saint-Eutrope
Plouigneau Lanleya
Plouigneau Saint-Éloi
Plounéventer Saint-Derrien / Bourg
Plourin-lès-Morlaix Quélern
Sizun Saint-Cadou
Taulé Penzé

 

Arrondissement de Quimper
Bénodet Perguet
Beuzec-Conq La Boixière
Ergué-Armel Menez-Bily
Ergué-Gabéric Lestonan
Fouesnant Lestrézivit
Meilars Confort
Penmarc’h Kerity
Penmarc’h Saint-Guénolé
Plobannalec-Lesconil Lesconil
Plonéis Gourlizon / Bourg
Plonéour-Lanvern Creac’hru
Saint-Évarzec Menez-Bras / Le Dréau
Saint-Jean-Trolimon Kerbascol
Treffiagat Léchiagat

École de CoataudonCommune de Guipavas

La construction

Décision du31/07/1883
Montant du projet109 684,99 F
Financement
par la commune (Caisse des écoles)31 000,00 F
par la commune (autres ressources)0,00 F
par le département1 279,00 F
subventions de l’État68 500,00 F
Coût réel100 779,00 F

Ces montants sont ceux indiqués sur le Relevé général des constructions scolaires 1878-1885.
Ils cumulent les sommes investies dans les 3 écoles de hameaux de la commune de Guipavas : Coataudon, Kerafloc’h et Le Relecq [1].
Sur plusieurs documents de la série 1 T 45, on note que sur la subvention d’État dédiée au programme des 50 écoles de hameaux, 34 860 francs ont été attribués pour Coataudon et Kerafloc’h.
À cette époque, Le Relecq est un hameau de la commune de Guipavas. Une école y existe depuis de nombreuses années et ne fait financièrement pas partie du projet de constructions de 1882.
Le Relevé général des constructions scolaires prenant également en compte les dépenses sur des bâtiments existants, les sommes engagées sur Guipavas pour ces 3 écoles se sont trouvées ainsi globalisées.


En 1888, on dénombre sur les 3 groupes scolaires 8 instituteurs : 2 à Coataudon, 2 à Kerafloc’h et 4 au Relecq.


Les élèves
L’école ouvre en septembre 1886.

en 1886en mai 1888
Nombre de classes88
Nombre de places ?312
Nombre d’élèves ?707
Le nombre de classes et de places est à répartir entre les 3 écoles de hameaux (Coataudon, Kerafloc’h et Le Relecq [1]).


Les premiers instituteurs
L’ouverture de l’école de Coataudon est faite par un couple d’instituteurs : M. et Mme Gandon.
• Louis Martial Gandon est né le 31 décembre 1862 à Brest.
Il obtient son Certificat d’Aptitude Pédagogique le 20 juillet 1882.
Précédemment en poste à l’école de hameau de Trézien à Plouarzel, il est nommé le 26 août 1886, à 24 ans, instituteur public à l’école de Coataudon.
Il y reste jusqu’à la retraite.
• Amélie Marie Anna Gandon (née Dauzat) est née le 29 juillet 1860 à Lambézellec.
Précédemment en poste à l’école de hameau de Trézien à Plouarzel, elle est nommée le 26 août 1886, à 26 ans, institutrice publique à l’école de Coataudon.
Elle y décède le 16 janvier 1918.


En 1948
Le site "Remonter le temps" de l’IGN permet de visualiser les lieux en 1948. Au centre de l’image, on aperçoit l’école.
 

Et ci-dessous, voici la vue aérienne avec quelques indications.


Aujourd’hui
Le journal mensuel de Guipavas n° 16 de février 2017 [2] nous apprend que l’école de Coataudon est désaffectée en 1978 et qu’elle est transformée en logements en 2005.
Elle est remplacée par de nouveaux bâtiments qui prennent le nom de Groupe scolaire Maurice Hénensal. À la rentrée 2018/2019, cette école accueille 272 élèves [3].


École de Coataudon, commune de Guipavas. Cliché 2019 © Bernard Kerneis.
Maurice Hénensal, Dans l’enfer Brestois, Les abers - Hénensal.

Maurice Hénensal, marin, instituteur, poète et auteur d’un journal qu’il a tenu lors du siège de Brest alors qu’il était en poste à l’école de Coataudon...
 

Maurice Hénensal et sa femme Rosalie sont instituteurs à Coataudon pendant la Seconde Guerre mondiale.
Dans notre rubrique "Quelques instituteurs", vous trouverez quelques informations sur ce couple.

[1Gallica.bnf.fr / BnF, JO du 8 avril 1896, Le Relecq-Kerhuon est une commune à part entière depuis le 30 mars 1896.

[2Guipavas, le mensuel, n° 16, février 2017.


Article mis en ligne le 2 septembre 2019, dernière modification le 24 octobre 2021.