Les écoles de hameaux du Finistère

École de KervèsCommune de Lopérec

➥ Le projet

Le 6 janvier 1884, le conseil municipal « ne s’oppose pas à la construction d’une école de hameau à Kervez à condition que l’État supporte tous les frais ».
S’ensuivent de nombreux courriers administratifs, une enquête de commodo et d’incommodo, l’approbation des plans et devis et l’acquisition du terrain.
Une estimation du nombre « présumable » d’élèves est effectuée. L’enquête dénombre 25 filles et 30 garçons d’âge scolaire.

Archives départementales du Finistère, 2 O 2047/4, plan de l’école, 18 novembre 1886.

Un premier « détail estimatif » donne un prix de 18 000 F pour l’achat du terrain et la réalisation des travaux. Mais les instructions ministérielles précisent que le budget ne doit pas dépasser 16 500 F.
Il est donc décidé de supprimer les préaux, caves et bûchers.
Les préaux sont construits près de 40 ans plus tard en 1924 !
 

Le Relevé Général des Constructions Scolaires, établi pour la période de 1878 à 1885, indique le coût de l’école et les subventions accordées.

Décision du09/04/1884
Montant du projet16 570,00 F
Financement
par la commune (Caisse des écoles)0,00 F
par la commune (autres ressources)0,00 F
par le département0,00 F
subventions de l’État16 500,00 F
Coût réel16 500,00 F
 
Archives départementales du Finistère, 1 T 109, Relevé Général des Constructions Scolaires (1er juin 1878 - 20 juin 1885).

➥ La construction

Le 19 avril 1885 a lieu l’adjudication des travaux de construction. Le marché est remporté par Paul Charreteur, entrepreneur à Sizun.

Archives départementales du Finistère, 2 O 2047, Procès-verbal d’adjudication des travaux, 7 mai 1885.

➥ Les élèves

L’école ouvre en février 1886.

en 1886en mai 1888
Nombre de classes11
Nombre de places6060
Nombre d’élèves5065

➥ La première institutrice

• Marie Françoise Jacquette Paugam est née le 19 septembre 1865 à Plounéour-Ménez. Elle obtient son Certificat d’Aptitude Pédagogique le 6 juillet 1882. Elle enseigne à l’école de hameau de Saint-Jacques à Bannalec et le 19 février 1886, à 25 ans, elle est nommée institutrice publique à l’école de Kervès. Le 12 mars 1888, elle est nommée à Brasparts (Saint-Rivoal) [1].

➥ Les principaux acteurs

Les programmes de construction mobilisent de nombreuses forces politiques, administratives et techniques.
Malheureusement, dans les archives consultées, les principaux acteurs des mises en place d’école sont cités par leur fonction et pas forcément par leur nom. Tout au plus, y a-t-il une signature plus ou moins lisible. Aussi, de nombreux intervenants nous restent inconnus.
 

Le 1er préfet 11/1883 – 11/1885 Jean Louis Émile Reboul
Le 2e préfet 11/1885 – 02/1887 Henri Monod
Le maire Yves Goasguen
L’inspecteur d’académie Alexandre Auguste Dreux
L’architecte signature illisible
L’entrepreneur Paul Charreteur de Sizun

➥ Aujourd’hui

L’école ferme au début des années 1970. Le bâtiment est reconverti en maison.
 

École de Kervès, commune de Lopérec. Reconversion du bâtiment en maison. Cliché 2019 © Bernard Kerneis,

➥ Un couple d’instituteurs à Kervès

 
Charles Drapier, président du patronage laïque de Recouvrance,
et
Léontine Drapier-Cadec, écrivain...

 
Charles Drapier et Léontine Drapier-Cadec ont enseigné à Kervès au début des années 1920. Dans notre rubrique "Quelques instituteurs", vous trouverez quelques informations sur ce couple.

Gallica.bnf.fr / BnF, Kervez ce paradis, Léontine Drapier-Cadec.

[1Gallica.bnf.fr / BnF, JO du 4 avril 1925, hameau de Brasparts, Saint-Rivoal est érigé en commune le 4 avril 1925.