Généalogie Kerneis

1892 - 1900. Soaz ar Bras et "Californie"

 

Le domaine de Menez Meur est une terre de landes située dans les monts d’Arrée, sur laquelle le Parc naturel régional d’Armorique avait installé son siège lors de sa création en 1969.
Un siècle plus tôt, le 3 juin 1867, Julien Prioux alias "Californie" avait fait l’acquisition de Menez Meur et, à partir de cette date, il a consacré sa vie à sa mise en valeur. Lors de son décès c’est une parcelle transformée qu’il a laissée.
 

Une légende est largement répandue sur cet homme, avec de nombreuses variantes. Il se dit qu’il serait parti en Californie dans des circonstances particulières et peu à son honneur : conducteur de travaux dans l’entreprise de son oncle, il serait parti vers les Amériques à la ruée vers l’or grâce à la paye des ouvriers !… C’est à son retour qu’il aurait acheté à Hanvec le domaine de Menez Meur bien désireux de s’y cacher, seul avec sa servante Soaz ar Braz, un peu cerbère... La Justice n’aurait jamais osé lui demander des comptes....
 

Cette légende m’a aussi été contée de nombreuses fois quand j’étais enfant.
Récemment, lors de recherches généalogiques, j’ai eu envie d’en savoir plus.
Aussi avec ma femme, nous avons investigué et avons rencontré une toute autre facette de "Californie" à travers les archives départementales.
Cela nous a amené à écrire un article paru dans le Cahier de l’Iroise n° 236 édité par la SEBL, Société d’Études de Brest et du Léon.
Nous avons aussi tenu deux conférences à Menez Meur et Saint-Cadou en 2021.
 

Si l’histoire de "Californie" et du domaine de Menez Meur vous intéresse, c’est par ici !

Julien Prioux dans la cour de Menez Meur, croquis réalisé par Gwenola Kerneis Fromheim.

Dans ma famille, il se disait qu’une de mes arrière-arrière-grands-tantes avait été la bonne de « Californie » à Menez Meur. D’autre part, la légende dit que "Californie" vivait seul à Menez Meur avec sa servante Soaz ar Braz, un peu cerbère.
 
Nous avons reconstitué la vie de Soaz ar Braz d’après les archives départementales. Il est possible que cette dame ait été désagréable, mais ce qui est certain c’est qu’elle n’a jamais été bonne à Menez Meur comme il est raconté.

• Marie Françoise MARTIN, appelée Soaz, naît à Sizun le 30 juin 1832. Ses parents, François Martin et Jeanne Yvonne Quidelleur habite le village de Vergraon. Elle se marie le 12 janvier 1851 à François Le Bras du village de Kerever à Sizun. Ils s’installent tout d’abord à Vergraon chez Marie Françoise. Puis, entre 1856 et 1861, ils s’établissent comme cabaretiers au bourg de Sizun.
François et Françoise n’ont pas d’enfant.
Après le décès de François en 1886, "Soaz ar Bras", sa nièce Françoise Martin et Marc Crenn, conjoint de cette dernière, exploitent en commun l’auberge.
Le 18 mars 1891, Soaz cède sa part du commerce. Les dénombrements de population de 1891 indique qu’elle n’est plus responsable de l’auberge. Est-elle employée ou travaille-t-elle ailleurs ?
Durant la présence de Julien Prioux à Menez Meur (1868-1886), les recensements la signalent cabaretière au bourg de Sizun. En 1891, elle habite toujours Sizun. Peut-être devient-elle domestique de Julien Prioux à Saint-Cadou en 1891-1892 ?
Nous la retrouvons en tant que domestique au bourg de Hanvec chez Julien Prioux en 1896.
Après le décès de celui-ci en 1900, elle s’installe chez son frère à Kerever où elle décède en 1903.

 

Archives départementales du Finistère, 6 M 327/1, dénombrement de population de 1896, commune de Hanvec.

 

→→ 1890 : Un cambriolage au Tréhou →→

Article mis en ligne le 20 juin 2016, dernière modification le 14 septembre 2022.