De Taupont à Hanvec, de Californie à Menez Meur. La vie de Julien Prioux

Des Taupontais dans le Finistère

En cette première moitié du XIXe, nombreux sont les Taupontais dans le Finistère.

La plupart d’entre eux exercent des métiers du bâtiment et des travaux publics : couvreurs, maçons, tailleurs de pierre, ou encore plâtriers ou entrepreneurs. Venus pour des chantiers, certains décèdent dans le département, d’autres s’y installent, parfois même par fratries.
 
Voici une liste de Taupontais ayant vécu dans le Finistère au XIXe siècle. Le relevé provient des bases du Centre généalogique du Finistère.

– BOUEXEL Yves, entrepreneur à Landerneau en 1814, décédé à Saint-Pol-de-Léon en 1858 ;
– BOULLÉ Vincent, couvreur à Quimperlé en 1810, 1811, 1812 et 1814 ;
– BOURDAIS Mathurin Marie, maçon, mariage à Brest en 1853 ;
– BOURDAYS Jacques Marie, plâtrier, mariage à Brest en 1854, décès à Quimper en 1895, frère du précédent ;
– BOURDAYS Marie Armelle, matelassière, mariage à Brest en 1850 avec JOUBAUD Jean Marie cité plus bas, décès en 1861 à Brest, sœur des précédents ;
– BOURDET Marie Louise, ménagère, mariage à Brest en 1860, sœur des précédents ;
– COTTO Pierre Marie, menuisier à Quimper en 1813 ;
– COUÉ Pierre Marie, maçon à Brest en 1820 ;
– DANIEL Joseph, couvreur à Quimperlé en 1810 et 1811 ;
– DRUAIS Charles, maçon, mariage à Landerneau en 1844 ;
– GRANDIN Mathurin, couvreur à Quimperlé en 1812 ;
– GUILLOCHON Julienne, à Brest, 36 ans en 1802 ;
– JARNO Armel, couvreur en 1809 puis maître-couvreur à Quimperlé en 1817 ;
– JÉGO Françoise Julienne Marie, sans profession, mariages à Morlaix en 1857 et 1861, fille de Mathurin Marie cité ci-dessous ;
– JÉGO Mathurin Marie, domestique à La Roche, mariage à Morlaix en 1837, facteur des messageries en 1861 ;

– JOUBAUD Jean François, maçon, mariage et domicile à Brest en 1865 ;
– JOUBAUD Jean Marie, tailleur de pierres, mariage à Brest en 1850 ;
– JOUBLET Marie Julienne, fille de confiance à Morlaix en 1817, 36 ans ;
– LE BLAY Perrine, à Brest, 26 ans en 1814, débitante de boissons à Brest en 1844 ;
– LE FEUVRE (ou LE FEVRE) Jacques, maçon à Quimperlé en 1834 ;
– LEJEUNE Sylvie, décès à Brest en 1879 ;
– MARCHAND Jean Marie, maçon en 1840, mariage à Beuzec-Conq, domicilié à Concarneau en 1871 ;
– MESLE Julien Marie, maçon à Quimperlé en 1808, 1810, 1812 et 1813 ;
– MOISEAU (ou MOIZO) Pierre, couvreur à Quimperlé en 1822 ;
– RUAUD Marie Julienne, cabaretière à Guipavas en 1859, fille de Pierre ci-dessous ;
– RUEAU Pierre, maçon, décédé à Guipavas en 1845 ;
– TAUPINEL François Marie, maçon demeurant à Pont-Aven en 1870 ;
– TÉTIOT (ou THÉTIO) François Nicodème, couvreur à Quimperlé en 1843 ;
– THOMAS Yves, couvreur à Quimperlé en 1809.

Centre généalogique du Finistère, base de données de l’état civil.


En 1840, les travaux sur la route départementale n° 13 reliant Quimper à Morlaix (D 785 aujourd’hui) attirent plusieurs contremaîtres de Taupont. Parmi eux se trouvent Jean Marie Gicquel et son cousin issu de germain Mathurin Cotto.
Un autre parent de Jean Marie Gicquel est installé dans le Finistère : Jean François Druays, maître maçon, qui a épousé en 1829 Marie Louise Bernard, veuve de François Le Cam, gérante de l’auberge du Lion d’Or à Pleyben.
Les travaux sur la RD 13, passent par Pleyber-Christ. Jean Marie Gicquel y rencontre Marie Louise Le Brun, débitante de tabac. Il l’épouse le 7 février 1841 et crée son entreprise de travaux publics à Pleyber-Christ.

Chapelle Saint-Golven au Vieux bourg de Taupont, collection personnelle.

 
C’est sur les routes du Finistère que nous retrouvons Julien Prioux en 1847.

Quelques informations complémentaires

• Marie Louise BERNARD naît le 18 août 1887 à Rumengol (Finistère). Elle se marie à Pleyben le 31 janvier 1815 à François Le Cam. Ils ont quatre enfants.
– François Joseph Marie né le 29 janvier 1817 à Pleyben ;
– Marie Jeanne née le 10 novembre 1818 à Pleyben ;
– François Marie né le 18 avril 1820 à Pleyben (et appelé Louis dans les recensements de population !) ;
– Noël Marie Hippolyte né le 25 mars 1822 à Pleyben.
François décède à Pleyben le 16 janvier 1828 et Marie Louise Françoise se remarie un an plus tard à Jean Marie François Druays, originaire de Taupont.
Marie Jeanne Le Cam se marie à René Charles Marie Demolon. Voir rubrique « Menez Meur – les propriétaires, 1842 »
• Mathurin COTTO, fils de Armel et de Françoise Lahoulle, naît le 28 novembre 1811 au village de Loguel à Taupont (Morbihan). Il est petit-cousin de Jean Marie Gicquel.
Le 8 juin 1840, il décède au bourg de Pleyber-Christ. Son acte de décès précise qu’il est « contremaître sur la route départementale ».
Il est très probable que Prioux et Cotto aient travaillé sur le même chantier.
• Jean Marie François DRUAYS, fils de Mathieu et de Marie Reine Joubaud, naît le 6 germinal an 6 au Haut-Bois à Taupont (Morbihan). Le 16 février 1829, il épouse Marie Louise Françoise Bernard. Il exerce la profession de maître-maçon et est domicilié au bourg de Pleyben, tandis qu’elle « tient le Lion d’Or au bourg de Pleyben ». Sur les recensements de population ils sont prénommés François et Louise et François est tour à tour maître maçon, contremaître et aubergiste.
• Jean Marie GICQUEL, fils de Julien et de Marie Josèphe Boujan, nait le 29 pluviôse an 10 à Taupont dans le Morbihan. Il est l’oncle maternel de Julien Prioux.
M. Gicquel est cité comme témoin dans l’acte de décès de Mathurin Cotto à Pleyber-Christ en 1840. Il est dit « contremaitre de la route départementale, âgé de 38 ans, demeurant actuellement au bourg de Pleyber-Christ ».
La route départementale n° 13 reliant Quimper à Morlaix est en travaux de 1832 à 1844 entre Kerfeunteun et Pleyben et de 1836 à 1846 entre Pleyben et Pleyber-Christ.
Le 7 février 1841, Jean Marie Gicquel épouse Marie Louise Le Brun, débitante de tabac domiciliée à Pleyber-Christ et s’établit comme entrepreneur.
En 1842, il soumissionne et remporte le marché de la construction de la route entre Pleyber-Christ et la route royale n° 12.
En 1847, les travaux de la route royale n° 165 aux abords de Pont-Croix lui sont confiés.
Au début des années 1880, il retourne habiter dans son pays natal où il décède le 16 décembre 1886.
• Marie Louise LE BRUN, fille de Jean caporal d’artillerie de Marine et de Marie Perrine Guyomard, naît le 8 floréal an 6 à Brest. Elle se marie le 5 mai 1818 à François Joseph Odenwelter, sergent au 8e bataillon d’artillerie de Marine.
François Joseph s’appelle Odenwelter et non Odenvelter et est né le 7 mars 1789 à Orschwiller (Bas-Rhin) et non 1779 comme indiqués dans son acte de mariage. Sous-lieutenant au 1er régiment d’infanterie de Marine, il décède au 32 rue de la Mairie à Brest le 28 février 1824.
Marie Louise s’installe débitante de tabac à Pleyber-Christ après 1836 et épouse Jean Marie Gicquel en 1841. Elle décède le 5 juillet 1876 au bourg de Pleyber-Christ.

→→ Julien Prioux, contremaître sur la route royale 165 →→


Article mis en ligne le 10 juin 2021, dernière mise à jour le 19 février 2022.