De Taupont à Hanvec, de Californie à Menez Meur. La vie de Julien Prioux

Julien Prioux, la reconversion professionnelle

Menez Meur, le projet de Julien Prioux.
 

Après la vente de son entreprise, Julien Prioux change d’orientation professionnelle. Il achète des fermes à Ploudaniel et au Tréhou. Il achète également le domaine de Menez Meur avec le projet d’en faire une ferme modèle.
On peut dire qu’il transforme son or en terres !
 

• Menez Meur en 1867

Entre les années 1852 et 1867, Charles Demolon, ingénieur agronome et propriétaire de Menez Meur, a construit une maison et des bâtiments agricoles à Croas ar Woënnec où il a installé une famille de paysans, les Tanguy.
Les terres de Menez Meur sont idéales pour tester les divers engrais. Ceux-ci permettent la mise en valeur de quatre hectares de landes.
 

Plan établi à partir du cadastre napoléonien de 1825,
Archives départementales du Finistère, 3 P 81 1/15.

 
 
Pour plus d’informations sur Charles Demolon, c’est par ici !

Sur la propriété de Menez Meur ou Douar Kerliver située en la commune de Hanvec, portée au plan cadastral de cette commune sous le n° 1147 section D, comme ayant une contenance totale de 149 hectares 43 ares 20 centiares.
Près et sous les roches de la Chambre à côté d’une source dite Feunteun Montpléo, on a élevé les constructions suivantes, auxquelles on arrive par un chemin appelé l’Avenue partant du chemin du Comte :
1° une maison couverte en ardoises mesurant 7 mètres de long et 4 mètres de large, ayant un rez-de-chaussée surmonté d’une mansarde.
2° une écurie couverte en ardoises, sise en appentis contre le pignon nord-est de ladite maison.
3° à l’angle nord-est de l’aire à battre, un bâtiment couvert en ardoises, servant de grange, mesurant 20 mètres de long et 6 mètres de large hors d’œuvre, ayant un rez-de-chaussée avec une porte cochère, deux grandes fenêtres et une cheminée. Le rez-de-chaussée est surmonté d’une mansarde.
Dans la partie inférieure de la propriété sise au nord, il a été formé quatre champs d’environ 1 hectare [chacun] qui se trouvent dans l’angle de Croas Aouennec.

Archives départementales du Finistère, 4 E 75/111, 3 juin 1867.

• 03/06/1867 : Julien Prioux achète la propriété

Depuis quelques années Charles Demolon est en difficulté professionnelle et financière. La saisie immobilière de Menez Meur est ordonnée le 9 avril 1867 par le tribunal civil de Brest. Les enchères ont lieu à la mairie du Faou et les opérations de vente se déroulent en deux tours.
 
Résultats du premier tour :
— Jacques Armand Le Doré, propriétaire, demeurant à Brest acquiert le 1er lot (les bâtiments et 36 hectares) pour 2 100 F ;
— Joseph Morio, marchand de beurre demeurant à La Ville Neuve Gorré à Hanvec emporte le 2e lot (28 hectares) pour 1 000 F ;
— Félix Chardon, notaire au Faou, emporte quant à lui les trois derniers lots : le 3e (28 hectares) pour 1 200 F, le 4e (28 hectares) pour 1 500 F et le 5e (près de 30 hectares) pour 800 F.
 
Résultat du second tour :
Menez Meur est mis aux enchères en un seul lot. La mise à prix est de 6 600 F, soit le total des adjudications partielles. C’est à cette deuxième phase de la vente que participe Julien Prioux. Diverses enchères sont portées. La dernière est la sienne, qui porte le bien à 11 000 F.
 
Il s’agit d’une vente à la bougie. Il faut attendre que les deux bougies allumées se soient consumées et éteintes, sans nouvelle enchère dans ce laps de temps, pour qu’il soit déclaré meilleur enchérisseur.
En réalité, Charles Demolon avait encore la possibilité d’éviter que la vente ne soit validée : il avait obtenu un délai de 15 jours pour régler ses dettes, mais il n’en a pas eu les moyens financiers.

Placard inséré au journal l’Armoricain de Brest du 11 mai 1867,
Archives départementales du Finistère, 4 E 75/111,
3 juin 1867, Me Traonouëz.
Quelques informations complémentaires

• Félix CHARDON, fils de Adolphe et de Louise Héloïse Félicité Foucault, naît le 22 février 1835 à Bannalec. De 1864 à 1869, il exerce la profession de notaire au Faou.
• Jacques Armand LE DORÉ, fils de Thérèse Marie Le Doré, naît le 21 juin 1815. En 1867, la vente de Menez Meur l’intéresse. Militant socialiste, membre de la Société des Droits de l’Homme puis dirigeant de l’Internationale à Brest.

Le Maitron, Le dictionnaire biographique Le Maitron, mouvement ouvrier, mouvement social.
Jean-François Pellan, Centre Généalogique du Finistère, revue « Le lien » n° 100, décembre 2006.
G. M. Thomas, Brest la rouge, Éditions de la Cité, Brest-Paris 1989.

• Joseph MORIO, fils de Yves et de Élisabeth Quillec, naît le 14 septembre 1818 à Hanvec. Les landes de Menez Meur l’intéressent.
• Pierre Marie TRAONOUËZ, fils de Pierre et de Marie Pouliquen, naît le 16 décembre 1832 à La Martyre. De 1861 à 1900, il exerce la profession de notaire au Faou.

→→ Paysan défricheur →→


Article mis en ligne le 10 juin 2021, dernière mise à jour le 26 février 2022.